La Crise de Berlin 1948

La Crise de Berlin marque le début de la guerre froide comme on la connait aujourd’hui

Elle marque le début de la lutte d’idéologie entre le système capitaliste et le système communiste

I) Situation de l’Allemagne après la guerre

Au lendemain de la seconde guerre mondiale, les infrastructures et l’économie allemande est entièrement détruite et nécessite une reconstruction totale

Le 20 juin 1948, les Occidentaux introduisent donc une nouvelle unité de compte. Le mark allemand, le Deutschemark (DM) est introduit dans toutes les zones occidentales et remplace le Reichsmark trop déprécié. Cette réforme monétaire permet de remplir enfin les rayons des magasins de produits qui n’étaient plus alors disponibles que par le marché noir.

Les communistes quand à eux ne réagissent pas tout de suite à cette crise et participent même à a son développement en démontant usines et grandes entreprises nationales afin de les  réintroduire sur leur territoire, pour compenser leur pertes de durant la guerre.

Ces deux politiques radicalement différentes (l’une visant à rétablir économiquement l’Allemagne, et l’autre à la faire payer pour ses crimes) ne fait qu’accroitre les différences économique , politiques et financier de ce pays divisé en deux   

II) Le blocus de Berlin

Voyant les inégalités qui naissent entre les zones d’occupation et ne voulant pas perdre la face contre son ennemi héréditaire

 L’URSS lance, le 24 juin 1948, le blocus total des secteurs occidentaux de Berlin. La ville est située dans la zone d’occupation soviétique mais les Américains, les Anglais et les Français sont installés dans leur zone d’occupation respective. Les voies d’accès terrestres, ferroviaires et fluviales vers Berlin sont coupées jusqu’au 12 mai 1949. Les fournitures de vivres et d’électricité sont rompues. L’introduction du Deutschemarks dans les secteurs occidentaux de Berlin en est la cause officielle, mais l’Union soviétique cherche probablement à réduire l’îlot capitaliste dans sa zone d’occupation en obligeant les Britanniques, les Français et les Américains à quitter Berlin.

httpv://www.youtube.com/watch?v=GTpyx-PafCA

Des milliers d’avions (plus de 270.000 vols au total) apportent chaque jour vivres, matériel de chauffage et autres objets de première nécessité dans la ville encerclée. En tout, plus de 13.000 tonnes de marchandises sont ainsi livrées chaque jour. Berlin devient l’un des principaux théâtres de la confrontation entre l’Est et l’Ouest. La division de l’Europe en deux blocs est consommée. La ville devient un symbole de liberté pour l’Occident. Les habitants de la ville ne sont plus désormais perçus comme d’anciens nazis qu’il faut punir mais comme des victimes de la menace soviétique. Quand, le 12 mai 1949, Staline décide de lever le blocus, le divorce politique de la ville est bel et bien consommé. Deux administrations municipales ont été mises en place et les Soviétiques ont procédé à la fusion des partis social-démocrate et communiste. Des élections démocratiques sont par contre organisées à Berlin-Ouest en décembre 1948 qui voient la victoire des sociaux-démocrates résolument anticommunistes. La réussite du pont aérien de Berlin permet de faire admettre aux opinions publiques occidentales le partage inéluctable de l’Allemagne. De part et d’autre du rideau de fer, la ville de Berlin devient la vitrine des modèles occidental et soviétique. Face au sentiment de menace soviétique, l’idée du réarmement de l’Allemagne et de son intégration dans une structure d’unification européenne apparaît de plus en plus prégnante aux yeux des Occidentaux.

About the Author

Avatar de Alexis Dongar